OBS IRIS Merlin
english francais deutsch

IRIS 2019-1:1/8

Unesco

Le Forum sur la gouvernance d’internet 2018 dévoile les principales pistes pour relever les défis de la gouvernance d’internet

print add to caddie Word File PDF File

Ismail Rabie

Observatoire européen de l'audiovisuel

La treizième édition annuelle du Forum sur la gouvernance d'internet (FGI ou IGF en anglais) s'est tenue au siège de l'UNESCO à Paris, du 12 au 14 novembre 2018. Cet évènement organisé sous l’égide des Nations Unies a réuni plusieurs parties prenantes et a permis aux États représentés par leurs gouvernements respectifs d’échanger avec des organisations intergouvernementales, la société civile et le secteur privé, notamment les industries de haute technologie, la presse et les médias, ainsi qu'avec des spécialistes et des universitaires, afin de faciliter le débat sur la gouvernance d’internet.

L’édition de cette année a été marquée par la volonté des gouvernements de s’engager dans le processus de gouvernance, le FGI étant appelé à jouer un rôle plus important en matière de réglementation et d’élaboration des politiques. Tout en réaffirmant la nécessité de préserver la neutralité d’internet pour qu’il reste un espace ouvert et non centralisé, le FGI a souligné l’importance de le sécuriser de manière à protéger et à préserver les démocraties, les sociétés et les économies, après les deux années particulièrement mouvementées qui viennent de s’écouler.

À l'instar de l'édition de 2017 qui s’était tenue à Genève, le FGI 2018 a dévoilé une série de pistes   qui résument les principaux points forts et les résultats de ces deux sessions de travail, à savoir « Les nouveaux défis de la gouvernance d’internet » et « Renforcer la gouvernance d’internet et le FGI », dont les grandes lignes sont les suivantes :

- La nécessité de favoriser la confiance dans l'innovation numérique, tout en tenant compte des inquiétudes croissantes à l’égard de l'intelligence artificielle (IA) et des algorithmes, notamment en matière d'éthique, de transparence et de responsabilité, pour ce qui est de l’utilisation et du traitement des données à caractère personnel.

- La réglementation ne saurait suffire à elle seule pour lutter contre les risques de chaos informationnel, c’est-à-dire la mésinformation, l’information malveillante et la  désinformation. La préservation de l'indépendance des médias, ainsi que le développement et la promotion de l'éducation aux médias, sont tout aussi importants.  

- L’augmentation du niveau de sécurité numérique en y impliquant l’ensemble des parties prenantes concernées et en tenant compte du fait que l'importance de parvenir à un équilibre entre confidentialité et sécurité est essentielle pour garantir une protection efficace des personnes en ligne.

- L'adoption d'une approche multipartite inclusive dans le cadre d’un engagement avec les pays en développement et les PME, dans la mesure où elles ont également un impact sur un cyberespace largement mondialisé.

- Les technologies de l’information et de la communication (TIC) offrent d’importantes opportunités mais soulèvent également de multiples défis en termes d’emploi et de concurrence sur les différents marchés. En outre, la réglementation devrait s’appliquer aussi bien aux entreprises qu’aux particuliers en tant qu'employés et clients, puisqu’ils font tous partie intégrante de l'économie numérique.

- La protection en ligne des droits de l’homme et des libertés fondamentales est plus importante que jamais, en particulier pour les catégories de personnes les plus vulnérables, comme les enfants, les femmes, les réfugiés, les personnes handicapées et les minorités sexuelles. Il est nécessaire de promouvoir une plus grande égalité entre les sexes et l’égalité des chances en s'attaquant aux obstacles structurels.

- L'adaptation aux dernières innovations et tendances par la mise en œuvre de normes techniques est indispensable pour renforcer la sécurité, l'interopérabilité et la responsabilité, et donc une meilleure gouvernance.  

- L’utilisation de l’intelligence artificielle pour garantir l'inclusion et l'accessibilité est une priorité absolue, notamment en sensibilisant les développeurs et en mobilisant activement les citoyens et les communautés.

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) et internet, figurent en bonne place dans l’Agenda 2030 des Nations Unies, lequel vise à promouvoir les objectifs en matière de développement durable adoptés par l’ensemble des États membres des Nations Unies en 2015.

La quatorzième édition du Forum sera organisée par l’Allemagne et se tiendra à Berlin du 25 au 29 novembre 2019.

références
IGF 2018, Paris messages for the IGF 2018 EN
 http://merlin.obs.coe.int/redirect.php?id=19315
 
  IGF 2018, Messages de Paris pour l’IGF 2018