OBS IRIS Merlin
english francais deutsch

IRIS 2018-4:1/28

Irlande

L’Autorité de la radiodiffusion fait droit à une plainte portant sur les commentaires formulés par un présentateur au sujet d’une agression sexuelle

print add to caddie Word File PDF File

Ingrid Cunningham

School of Law, Université nationale d'Irlande, Galway

Le 6 février 2018, l’Autorité irlandaise de la radiodiffusion (Broadcasting Authority of Ireland -   BAI) a fait droit à une plainte portant sur les commentaires formulés le 8 septembre 2017 par le présentateur d’un programme radiophonique au sujet d’une agression sexuelle dont une femme avait été victime au Royaume-Uni et de sa part de responsabilité. La plainte concernait l’émission High Noon, un programme d’actualités, d’informations et d’entretiens diffusé chaque jour à midi sur la station de radio commerciale Newstalk 106-108FM. La plainte avait été déposée au titre de l’article 48 (1) b) (caractère préjudiciable et insultant) de la loi relative à la radiodiffusion de 2009 et du Code de la BAI des normes applicables aux émissions (précisément le principe n° 2 « Importance du contexte »). Elle portait sur les commentaires formulés par le présentateur, M. George Hook, après avoir donné des précisions sur une décision de justice rendue au Royaume-Uni à propos d’une agression sexuelle. Le juge avait constaté que la jeune femme s'était volontairement rendue dans une chambre d'hôtel en compagnie d’un homme qu'elle avait rencontré et qu’elle s’y était faite agressée par un autre homme également présent dans la chambre. Le présentateur avait alors déclaré que ce viol était « affreux », en ajoutant, notamment : « mais en y regardant de plus près on peut se poser un certain nombre de questions. Pourquoi une fille qui vient de rencontrer un type dans un bar va-t-elle avec lui dans une chambre d’hôtel ? Elle vient pourtant tout juste de le rencontrer […] et elle s’étonne ensuite qu’un autre homme vienne dans la chambre et la viole ». Le présentateur avait alors posé la question suivante : « Quand une personne prend des risques, n’a-t-elle vraiment aucune part de responsabilité dans ce qu’il peut lui arriver ? ».  

L’auteur de la plainte considérait « qu’il n'était pas judicieux qu’un présentateur fasse ainsi porter à la victime d’une agression sexuelle la responsabilité de son viol » et que cette attitude était « insultante et préjudiciable ». Il reprochait également à la station de radio Newstalk de n’avoir présenté des excuses « que 24 heures après la tempête de protestations » provoquée par ces propos. En guise de réponse, le radiodiffuseur avait déclaré que le lendemain de la première diffusion, le présentateur et Newstalk avaient présenté des excuses pour les propos tenus à l’antenne. Deux jours plus tard, le présentateur avait présenté de nouvelles excuses plus détaillées au cours de son émission. Après avoir mené une enquête interne, Newstalk avait indiqué le 22 septembre 2017 que M. George Hook quitterait la tranche horaire du déjeuner.

Lors de son examen de la plainte, le Comité de conformité de BAI a déclaré que les radiodiffuseurs avaient « l’obligation de tenir dûment compte des attentes de leur public et, pour les émissions en direct, de remédier en temps utile au caractère insultant que peut avoir présenté un contenu imprévu ». Le Comité a également fait remarquer que les radiodiffuseurs étaient tenus de faire preuve de toute la vigilance nécessaire lorsqu'ils diffusent des contenus auxquels les auditeurs peuvent être sensibles et qui peuvent les bouleverser, en particulier les contenus ayant trait à des violences sexuelles. Compte tenu de ces obligations, le Comité a fait observer que le style parfois provocateur de l’émission High Noon et de son présentateur sont connus et admis par les auditeurs. Le Comité a également reconnu qu’une émission pouvait traiter de la question de la responsabilité personnelle lorsqu’elle aborde des questions relatives à des actes et à des comportements pénalement répréhensibles. Le Comité a toutefois estimé que « ce sujet avait été évoqué au cours de l’émission à l’occasion d’une affaire judiciaire en cours au Royaume-Uni au sujet d’un viol ; le présentateur avait indiqué que la question de la responsabilité personnelle était « le véritable problème dans cette affaire ». Sur ce point, le Comité a estimé que « la manière et les circonstances dans lesquelles la question de la responsabilité personnelle avait été évoquée à propos d’une affaire précise d’allégation de viol avaient eu un caractère excessivement insultant et qu’il était tout à fait possible que ces éléments aient pu choquer certains auditeurs particulièrement sensibles à ce sujet ». Le Comité a admis que le radiodiffuseur avait « ensuite pris des mesures pour remédier à cette situation » et qu’il avait « en substance accepté une plainte qu’il jugeait valable ». Il a également fait remarquer que « le présentateur avait expressément déclaré qu'il ne cautionnait pas le viol ». Le Comité a toutefois estimé que le radiodiffuseur se devait de prendre davantage de précautions pour prévenir tout risque de propos excessivement insultants et préjudiciables, notamment en prenant en temps utile des mesures pour remédier au caractère éventuellement insultant d’un contenu.

références
Broadcasting Authority of Ireland, Broadcasting Complaint Decisions, 6 February 2018, p. 30 EN
 http://merlin.obs.coe.int/redirect.php?id=18978
 
  Autorité irlandaise de la radiodiffusion, Décisions rendues au sujet de plaintes en matière de radiodiffusion, 6 février 2018, page 30