OBS IRIS Merlin
english francais deutsch

IRIS 2012-6:1/7

Autriche

Le BKS réfute l’accusation de défaut d’objectivité contre l’ORF dans un reportage sur la dépendance au jeu

print add to caddie Word File PDF File

Peter Matzneller

Institut du droit européen des médias (EMR), Sarrebruck/Bruxelles

Dans une décision du 27 février 2012, le Bundeskommunikationssenat (chambre fédérale autrichienne des communications - BKS) a établi que l’Österreichischer Rundfunk (radiodiffuseur public autrichien- ORF) n’avait pas manqué à l’obligation d’objectivité prescrite par l’article 4, paragraphe 5 et l’article 10, paragraphe 5 de la loi sur l'ORF dans un reportage sur une personne dépendante au jeu.

Le plaignant avait saisi le BKS d’une requête contre une décision identique rendue en instance précédente par l’autorité autrichienne des communications (KommAustria). Il faisait valoir que dans le cadre de la présentation d’expériences personnelles, le reportage en question se livrait à des critiques massives et, en définitive, fallacieuses. Non seulement ces critiques sont restées non controversées par l'ORF, mais elles ont été appuyées par des commentaires et des remarques concordants de la part du journaliste. Le plaignant affirme que ce reportage donne au téléspectateur moyen l’impression que l'expérience vécue par les protagonistes mérite la reconnaissance et l’approbation du grand public. Globalement, le plaignant critique l'absence de commentaire objectif accompagnant le reportage. En outre, il dénonce également ce qu'il considère comme une manœuvre subtile de l'ORF, qui a diffusé juste avant et juste après l’émission une publicité pour les jeux de hasard organisés par l'Etat.

Le BKS n’a pas suivi cette argumentation et a établi, conformément à la décision en instance précédente de KommAustria, que la notion d'objectivité telle qu’elle est visée par la loi sur l'ORF devait être comprise comme une exigence d’impartialité, évitant toute vision arbitraire, tout parti pris, et toute distorsion des faits. Le BKS considère que des déclarations ou des formulations qui s’imposeraient avec force au cours d’un reportage, en reléguant le contexte général au second plan, pour susciter chez le téléspectateur moyen une vision déformée du thème traité, seraient effectivement incompatibles avec le devoir d'objectivité. Mais dans le reportage en question, le BKS n’a identifié aucun passage pouvant provoquer chez le téléspectateur moyen une vision déformée de la réalité au détriment du plaignant. Le reportage ne contient, de l’avis du BKS, aucune formule polémique ou inappropriée.

Le téléspectateur moyen est donc en mesure de reconnaître les témoignages du protagoniste comme une expérience personnelle et individuelle, sans la percevoir comme la description exacte de l’état du secteur privé des jeux de hasard. Il n’est pas nécessaire, pour cela, de rajouter un commentaire objectif. Par ailleurs, le titre de l’émission, « Wette verloren - Sportwetten bis zum Ruin » (Pari perdu - parier jusqu’à la ruine) indique clairement qu’il s’agit de la présentation d’une histoire individuelle et que le problème de société ainsi illustré, à savoir la dépendance au jeu, doit être mis en relation avec des informations contextuelles pertinentes relevant du domaine pénal et social.

Enfin, le BKS constate que les séquences ne véhiculent, ni par les images, ni par le son, une quelconque diffamation globale à l’encontre les organismes de jeux privés, ni une quelconque recommandation en faveur des organismes de jeux publics. Par ailleurs, la conception du reportage ne permet pas de conclure que l'ORF s’identifie avec les déclarations parfois critiques du protagoniste, ni qu’il vise délibérément et ouvertement à discréditer les acteurs privés du secteur, tandis que les organismes publics seraient présentés sous un jour favorable.

Sur la base de ces considérations, le BKS a rejeté l’appel.

références
Entscheidung des BKS vom 27. Februar 2012 (GZ 611.995/0002-BKS/2012) DE
 http://merlin.obs.coe.int/redirect.php?id=15832
 
  Décision du BKS du 27 février 2012 (GZ 611.995/0002-BKS/2012)