OBS IRIS Merlin
english francais deutsch

IRIS 2010-6:1/9

Belgique

La couverture par VRT du 65e anniversaire de la libération d’Auschwitz considérée comme non discriminatoire

print add to caddie Word File PDF File

Hannes Cannie

Département des Sciences de la communication / Centre d’études de journalisme, Université de Gand

Le 29 mars 2010, la Chambre de l’impartialité et de la protection des mineurs (Kamer voor Onpartijdigheid en Bescherming van Minderjarigen) du Régulateur flamand des médias (Vlaamse Regulator voor de Media) a eu à examiner une plainte relative à un message télétexte publié par le radiodiffuseur public VRT à propos de la couverture du 65e anniversaire de la libération du camp de concentration nazi d’Auschwitz-Birkenau. Entre autres, le message contenait la phrase suivante : « In Auschwitz zijn zeker 1,1 miljoen mensen omgekomen » (traduction libre : « A Auschwitz, au moins 1,1 millions de personnes sont décédées »). Selon le requérant, VRT avait omis de mentionner que la majeure partie des victimes étaient des Juifs. En outre, l’emploi du mot « décédées » semblait faire référence à des circonstances accidentelles alors qu’en réalité, les victimes avaient été « exterminées ». De ce fait, le requérant avait prétendu que des informations erronées et intentionnellement incomplètes avaient été diffusées et que VRT avait manqué d’impartialité dans cette page de télétexte. Toujours selon le requérant, VRT avait violé l’article 39 du décret flamand des médias, qui stipule que toute forme de discrimination doit être évitée dans l’ensemble des programmes et que la couverture des nouvelles doit être présentée dans un esprit d’impartialité politique et idéologique (le décret ajoute explicitement que cet article s’applique également au télétexte). VRT a avancé que la plupart des messages télétexte sont préalablement publiés sur son site web (www.deredactie.be), avant d’être synthétisés afin de satisfaire aux exigences de concision du média télétexte. La nature même de ce média fait que certains éléments doivent être brièvement décrits. De plus, VRT a indiqué que le mot « décédées » avait été remplacé par le mot « exterminées » dès la réception par le personnel des services éditoriaux du courriel du requérant. Enfin, le diffuseur public a déclaré qu’il avait opté délibérément pour la non distinction entre les différents groupes de victimes des nazis. Le régulateur a considéré que la première utilisation du terme « décédées » devait être vue comme une conséquence de la manière dont les messages du site web sont reformulés afin d’être adaptés aux contraintes du média. Il a fait observer que sur le site, le message mentionnait le fait que les détenus étaient gazés et incinérés. En outre, il a décidé que le fait de n’avoir pas mentionné que la majorité des victimes étaient des Juifs pouvait être imputé à la nécessaire concision des insertions télétexte. En effet, cet aspect était longuement abordé sur le site web du diffuseur. Par conséquent, le régulateur a estimé que VRT n’avait pas enfreint son obligation d’impartialité et de non discrimination au sens de l’article 39 du décret des médias.

références
ZAAK RUDI ROTH t. NV VLAAMSE RADIO- EN TELEVISIEOMROEP (dossier nr. 2010/0506) BESLISSING nr. 2010/022 29 maart 2010 NL
 http://merlin.obs.coe.int/redirect.php?id=12440
 
  Rudi Roth c. NV VRT, 29 mars 2010 (affaire n° 2010/022)