OBS IRIS Merlin
english francais deutsch

IRIS 2000-2:8/15

Irlande

La censure cinématographique s'assouplit

print add to caddie Word File PDF File

Marie McGonagle

Faculty of Law, National University of Ireland, Galway

La censure irlandaise, bien connue pour avoir interdit et coupé des milliers de films jusqu'au début des années 1970, s'est montrée, au cours de ces dernières années, bien moins rigoureuse et, par conséquent, moins critiquée. L'interdiction de films tels que Natural Born Killers (Tueurs nés) en 1994 et Showgirls en 1995 est devenue exceptionnelle. Fin 1999, la distribution en vidéo du film danois The Idiots a été interdite pour obscénité, indécence et incitation à la dépravation et à la corruption (loi de 1989 sur les enregistrements vidéo, s. 3).

Par ailleurs, également en 1999, le film Orange mécanique a reçu le visa d'exploitation dans les salles après avoir été censuré pendant 26 ans. Le film, censuré depuis 1973, a été autorisé sans coupure et interdit aux moins de 18 ans. Selon la loi sur la censure cinématographique, ce film aurait pu faire l'objet d'une nouvelle présentation aux services de la censure dès 1980, à savoir sept ans après son interdiction. Mais à cette époque, son réalisateur, Stanley Kubrick, avait lui-même interdit la projecUniversité tion du film. En effet, cela faisait des années que le film nationale faisait l'objet d'une controverse au Royaume-Uni et que d'Irlande Galway des plaintes étaient déposées, selon lesquelles le film incitait au crime. Étant donné que la Grande-Bretagne et l'Irlande forment un marché unique pour la distribution cinématographique, l'interdiction imposée par Kubrick à son propre film était également valable pour l'Irlande. Suite à son décès l'année dernière, Warner Brothers, distributeur du film, a négocié une nouvelle sortie dans les salles.

Quelques mois auparavant, le film britannique de gangsters, Get Carter, censuré en Irlande depuis 1971, avait été projeté pour la première fois dans les salles de cinéma, bien qu'il eût été publié sous forme vidéo quelque temps auparavant et retransmis par la télévision britannique, captée en Irlande.

Entre-temps, le Film Industry Strategic Review Group (groupe de révision stratégique de l'industrie cinématographique) qui, dans son rapport d'août 1999 (voir IRIS 1999-8:12), recommandait au Gouvernement d'imposer une taxe sur les billets de cinéma afin de soutenir l'industrie cinématographique irlandaise, a vu sa proposition rejetée. Par ailleurs, les incitations fiscales aux investissements dans le cinéma (section 481 de la loi de 1997 de consolidation fiscale) (voir IRIS 1999-8:12), qui avaient été remises en question, ont été confirmées dans le Budget pour les cinq années à venir.